Skip to content

Le rôle de la femme dans le foyer

Le rôle de la femme dans le foyer published on Aucun commentaire sur Le rôle de la femme dans le foyer

Chères amies, comment serions-nous dans la volonté de Dieu concernant notre rôle en tant qu’épouse si nous en avons seulement une vague idée ?

Prenons donc, le temps de connaitre la pensée de Christ concernant ce volet très important de notre vie quotidienne.

Je pense que connaitre notre rôle d’épouse nous aidera à atteindre le but que Dieu attend de nous, et son nom sera glorifié.
Pour cela, nous allons brosser légèrement le rôle du partenaire, la situation historique de la femme à la création. L’implication de la femme dans le péché et les conséquences du péché.

Au commencement Dieu créa l’homme (la femme en l’homme n’était pas encore manifestée).
(Genèse 1 : 27) “ Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.”

Son omniscience, anticipait la future aspiration de l’homme, car Dieu savait qu’il n’était pas bon que l’homme soit seul.
(Genèse 2 : 18) “ L’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.”
Dieu décréta et décida que la femme serait l’aide de l’homme tout en étant son vis-à-vis.
Dieu créa l’unité la femme en l’homme à leur image et selon leur ressemblance (Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit) pour qu’ils dominent (homme et femme) sur la création terrestre”, pour qu’ils soient féconds, qu’ils se multiplient, qu’ils remplissent la terre, qu’ils la soumettent, tout en y jouissant à l’exception d’un interdit pour manifester leurs obéissances à Dieu.

L’homme eu pour mission de nommer tous les animaux et c’est en le faisant qu’il constata que contrairement aux couples d’animaux mâle et femelle, que lui était seul dans son genre, qu’il n’avait pas de vis-à-vis semblable à lui, qui soit capable de l’aider à remplir la terre et l’aider dans la gestion du monde.
Tout ceci contribuait à accomplir le but de Dieu pour l’humanité c’est-à-dire faire de l’homme son représentant sur terre, pour la gérer non l’exploiter avec l’aide de la femme.
“ Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit : Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme (épouse), parce qu’elle a été prise de l’homme.” (Genèse 2 : 21 – 23)

Le responsable dans le foyer c’est l’homme car il a été créé le premier.
La femme a été créée à cause de l’homme (1 Corinthiens 11 : 8 – 9)
Voilà pourquoi c’est l’homme qui détient l’autorité sur sa femme.

Autrefois l’homme était responsable des actes de sa femme, puisque chose étrange la Bible corrobore le fait que “par un seul homme le péché est entré dans le monde” (Romain 5 : 12) bien que les Saintes Ecritures nous enseignent que c’est la femme qui pécha d’abord.
Maintenant il n’en est plus ainsi

Mes sœurs nous ne devons pas croire que nous ne serons pas jugées en tant qu’épouses, sous prétexte que l’homme est le responsable du fonctionnement de la famille.
Sachons le, nous comparaitrons toutes en jugement devant le tribunal de Christ pour recevoir la rétribution ou la perte des récompenses de notre vie de service en fonction de nos motivations.

Soyons soumises à nos époux, servons les comme nous servirions le Seigneur afin de recevoir en son temps, le salaire de cette œuvre que Dieu agrée.
Bien entendu, le salut n’est pas concerné par ce jugement, puisque nous sommes déjà sauvées par la foi en Christ si nous persévérons jusqu’à la fin.
(2Corinthiens 5 : 10) “Il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps.”
“Ainsi chacun(e) de nous rendra compte à Dieu pour lui-même (elle-même) ” (Romain 14 :12)

Faire sa part est nécessaire, afin que, dans la famille, dans la société et dans l’Eglise, Dieu soit honoré et exalté.

Remarquons que les noms Adam et Eve n’apparaissent qu’après qu’ils aient désobéi à Dieu, nous voyons cela en Genèse 3 : 20 – 21 ou c’est Dieu qui nomme Adam tandis qu’Adam nomme Eve.
“Adam donna à sa femme le nom d’Eve : car elle a été la mère de tous les vivants. L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.”
Cela m’interpelle et je me pose la question de savoir ; si le péché a peut être ouvert la nécessité d’une identité individuelle en vue du jugement ou de l’élection ?

Les manquements de la première femme et ses conséquences :
– Elle s’est laissée séduire (1 Timothée 2 : 14) “ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression”

  • Elle ne s’est pas placée sous l’autorité ni la protection de son époux ; on pourrait dire qu’elle a usurpée son autorité : elle n’a pas consulté son époux lors de la confrontation avec Satan (le serpent) alors qu’il se tenait près d’elle.

  • Elle s’est justifiée au lieu de se repentir lorsque Dieu mis en évidence son péché.
    (Genèse 3 : 13) “ Et l’Éternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé”

Une conséquence des manquements d’Eve est que l’homme désormais domine sur la femme, avant cela il n’en était pas question, l’homme et la femme avait le mandat de Dieu de dominer sur toute la terre
(Genèse 1 : 26 – 28) “ Puis Dieu dit : Faisons l’homme (homme et femme) à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.”

Suite au péché la sanction de la femme est que ses désirs se portent sur son mari et que celui-ci domine sur elle, au commencement il n’en était pas ainsi.

La seconde conséquence est la pénibilité des grossesses et l’augmentation de la douleur dans l’accouchement.
(Genèse 3 : 16) “ Il (Dieu) dit à la femme : J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.”

Finalement, il y a inimitié entre la descendance de la femme et la descendance du diable.
Dans Genèse 3 : 15, il s’agit d’une déclaration prophétique de l’hostilité perpétuelle entre l’humanité que représente la postérité de la femme face aux agents de Satan, appelé les fils du diable.
La descendance de la femme c’est-à-dire le Messie née d’une vierge, écrasera Satan ainsi que sa puissance ; c’est chose faite.
Merci Seigneur Jésus.

Le rôle de l’épouse :
L’épouse a été appelée par Dieu, pour être une aide, un soutien précieux pour son époux, le mot utilisé en Hébreu pour aide est Ezer, même mot employé pour le secours de l’Eternel Lire Genèse 2 : 18 ; Psaumes 70 : 6 ; Psaumes 115 : 11

La femme est la collaboratrice de son mari, une sage conseillère à ses côtés, ensemble ils contribuent à bâtir leur foyer sur les fondements de la Parole de Dieu, elle veille sur sa maison et sur sa famille.
(Proverbes 14 : 1) “La femme sage bâtit sa maison, Et la femme insensée la renverse de ses propres mains.”

Par son aide, la femme est une consolation, un repos pour son époux.

Elle enseigne les voies de Dieu à ses enfants, ce qui a un impact non seulement dans leur vie mais aussi dans l’Eglise et même dans la société.
(Proverbes 1 : 8) “ Écoute, mon fils, l’instruction de ton père, Et ne rejette pas l’enseignement de ta mère”
(Proverbes 6 : 20) “ Mon fils, garde les préceptes de ton père, Et ne rejette pas l’enseignement de ta mère.”
(Proverbes 31 : 1 – 2) “ Paroles du roi Lemuel. Sentences par lesquelles sa mère l’instruisit. Que te dirai-je, mon fils ? Que te dirai-je, fils de mes entrailles ? Que te dirai-je, mon fils, objet de mes vœux ? ”
(2Timothée 1:5) “Je garde le souvenir de la foi sincère qui est en toi, qui habita d’abord dans ton aïeule Loïs et dans ta mère Eunice, et qui, j’en suis persuadé, habite aussi en toi.”

La mère est le porte-parole du père, le couple est une équipe et le mari en est le leader.

La femme doit rester humble en toute chose, enseignable et zélée dans son service d’aide.
(1 Timothée 2 : 9 -10) “Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or, ni de perles, ni d’habits somptueux, mais qu’elles se parent de bonnes œuvres, comme il convient à des femmes qui font profession de servir Dieu.” (Ici il s’agit non pas d’être débraillées mais de la motivation qui nous pousse à exhiber nos richesses afin d’attirer les regards sur nous et non sur le Christ dans l’Assemblée).

L’épouse doit se soumettre à l’autorité de son époux pour être préservée, guidée, conduite comme Christ qui est la tête de l’Eglise la conduit et en prend soin dans l’amour absolu pour le salut des âmes.
(Ephésiens 5 : 23) “Le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur.”

Dans le couple, le mari cherche le conseil de sa femme, il prend les décisions finales dans le respect de celle-ci car devant Dieu, c’est l’homme qui a la responsabilité des conséquences sauf si l’épouse usurpe de manière dissimulée son autorité.
Et là c’est elle qui en paiera les conséquences.
“C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes.” (Romains 13:2)

L’équipe qu’ils forment se doit d’être fondée sur Dieu et enracinée dans sa Parole afin que la paix règne dans le foyer et que tout soit à la louange et à la gloire de notre Dieu et Père.

Le rôle de gestionnaire dans le couple incombe prioritairement à la femme, la femme vertueuse n’est pas dépensière, son mari lui fait confiance, elle fait tous ses efforts pour l’aider en coopérant avec lui. Lire et méditer tout le chapitre 31 du livre des Proverbes qui nous parle de la femme vertueuse.

Son mari l’écoute, la protège, lui parle, il agit envers elle avec respect et douceur.
(1 Pierre 3 : 7) “Maris, montrer à votre tour de la sagesse dans vos rapports avec vos femmes, comme avec un sexe plus faible ; honorez-les, comme devant aussi hériter avec vous de la grâce de la vie. Qu’il en soit ainsi, afin que rien ne vienne faire obstacle à vos prières.”

Un des rôles très important de l’épouse est la procréation et la préservation de l’espèce humaine.

La femme est la gloire de l’homme car elle rend manifeste l’autorité de l’homme.
(1 Corinthiens 11 : 7) “L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme.”

La femme est collaboratrice de son époux tout comme l’Eglise est collaboratrice de Christ.
Celui qui tranche dans le couple c’est l’homme, mais l’autorité corporelle est réciproque en ce qui concerne la sexualité et tout ce qui l’entoure.
(1Corinthiens 7:4) “La femme n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est le mari ; et pareillement, le mari n’a pas autorité sur son propre corps, mais c’est la femme.”

Pour vous maris, qui vous tenez informés sur nos besoins, s’il vous plait ne nous aigrissez pas, en nous fessant ressentir que vous ne tenez pas compte de nos avis.
Pour autant, ne soyez pas des lâches qui laissent leurs épouses diriger leurs foyers.

La femme qui comprend qu’elle est sous la protection de Dieu en se soumettant à son époux, va le faire sans murmures et dans la joie et ce malgré les difficultés.

Nous sommes différents mais complémentaires.

Je pense que la différence nous apprend à aimer l’autre, de façon inconditionnelle.

La souffrance est une mesure disciplinaire pour apprendre l’obéissance.

La soumission est un renoncement de soi.
C’est un processus certes douloureux, mais c’est le chemin du renoncement au péché et le revêtement de la transformation progressive en la stature de Christ.

La croix n’a pas aboli toutes les conséquences du péché, ce qu’elle a rétablit au contraire, c’est la relation entre Dieu et les êtres humains ainsi que la relation entre nous les êtres humains.

Hors de Christ nous étions sous la loi du péché, subissant la domination de l’homme, mais désormais en Jésus la domination de l’homme sur sa femme n’a plus lieu d’être.
C’est une relation restaurée, apaisée.

Une collaboration de vis-à-vis, de semblable à semblable, pour un but commun celui de glorifier Dieu.
Par la croix, l’abolition de la domination n’enlève en rien le principe d’autorité et de soumission, au contraire, car obéir à ce principe, établit la volonté de Dieu, rétablit le rôle de chacun et élève Dieu.
Les conséquences corporelles, telle que la mort physique, l’augmentation des douleurs lors des grossesses et dans les accouchements sont encore en cours ; elles prendront fin lorsque nous aurons revêtues un nouveau corps.

Aucun lien sur terre ne doit surpasser l’amour que nous avons de Christ.
L’amour de Dieu doit être au-dessus de tout, l’amour que nous avons pour Dieu doit nous amener à accomplir sa volonté.
Et dans ce cas de figure, accepter l’autorité de son mari est la volonté de Dieu.
(Matthieu 10 : 37) “Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi”

Et Dieu dit : “…l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair.” (Ephésiens 5 : 31)
La cote qui avait été prise de l’homme a retrouvé sa place ; faisant d’eux une unité indissociable.
On pourrait dire que l’homme et la femme étant un, sont donc condamnés à s’entendre et à regarder dans la même direction.

En conclusion la femme a été créée pour l’homme.
– Dans le couple l’autorité est à l’homme.
– Dans la famille l’autorité est conjointe aux parents vis-à-vis des enfants.
– Dans l’intimité l’autorité est réciproque. (Domaine sexuel)

La femme organise la vie communautaire, le mari montre la direction et les parents collaborent au bien-être des enfants.

Ne nous leurrons pas, l’œuvre de la croix n’a pas abrogé la structure d’autorité établie par Dieu dès le commencement, car il a créé premièrement l’homme et ensuite la femme.

En Jésus Christ, chacun est responsable devant Dieu pour lui-même, en ce qui concerne son salut et pour ses œuvres.

Sœurs, tout comme les hommes qui agissent selon les directives de Dieu, sont appelés fils de Dieu de même, nous aussi, si nous marchons en nouveauté de vie, nous manifestons que nous aussi sommes filles de Dieu.

Demeurons donc fermes dans l’obéissance car la tentation est grande de suivre et vivre selon la mentalité du monde d’autant plus que celle-ci, s’est largement incrustée dans l’Eglise.

Le conseil de Dieu aujourd’hui :

“Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur ; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout puissant.” (2 Corinthiens 6 : 17 – 18)

Qu’il en soit ainsi !

Si ce partage vous a encouragé, reprise ou autre, contribuez en le partageant sans restriction.

Shalom, restons connectées avec notre Père céleste et avec nos sœurs dans la foi.

Brigitte Yao

Primary Sidebar

Secondary Sidebar

%d blogueurs aiment cette page :